FINAL FANTASY

Les créatures de l'esprit

En l'an 2065 et la plus grande confusion règne sur notre planète. Seuls les plus résistants des humains vivent encore dans un univers de désolation dominé par l'ennemi absolu : de mystérieux fantômes extra-terrestres qui se nourrissent en extrayant l'énergie de toute forme de vie terrestre. La population entière y est presque anéantie. Le futur de notre espèce repose sur le courage et la volonté de quelques-uns, parmi eux, Aki Ross, jeune scientifique, déterminée à trouver les Huits Espris qui pourraient, selon les scientifiques, mettre fin au règne de la terreur. Déjouant les complots, évitant les pièges, ils doivent reconquérir notre planète en usant de toutes les magies.

Deux clans s'opposent sur la manière la plus efficace d'éliminer les spectres : les premiers, commandés par un général belliqueux, sont convaincus que le seul moyen de libérer la Terre passe par l'utilisation d'une arme de destruction totale ; les autres, conduits par le docteur Aki Ross (Ming-Na), s'engagent dans une voie difficile : la reconstitution d'un rythme spirituel qui devrait chasser les fantômes et protéger les êtres vivants. L'aventure est risquée, mais ils n'ont plus rien à perdre. Leurs amours, leurs rêves et leur avenir sont en jeu.

Avec les voix d'Alec Baldwin, Steve Buscemi, Peri Gilpin, Ming-Na, Ving Rhames, Donald Sutherland, James Woods, Annie Wu.
Réalisé par Hironobu Sakaguchi
.

L'héroïne Aki Ross, l'actrice virtuelle de tous les fantasmes...

En transformant son célébrissime Final Fantasy de la vidéo au cinéma, peut-être Hironobu Sakaguchi joue-t-il l'avenir de la société Square, dont il est l'actuel vice-président ? Spécialiste du jeu vidéo, Square s'est, depuis dix ans, taillé une solide réputation grâce, entre autres, à la célèbre Aki Ross (33 millions d'exemplaires vendus).

Après quatre ans d'un travail acharné, l'éditeur japonais investit le monde du cinéma avec Final Fantasy, les créatures de l'esprit. Un long métrage en images de synthèse d'une qualité extraordinaire, produit par la filiale américaine de Square à Honolulu. Dreamworks (Fourmiz) et Disney (1001 Pattes, Toy Story 1et 2) ont là un concurrent sérieux. Le film n'est toutefois pas l'adaptation du jeu vidéo. Selon Hironobu Sakaguchi, réalisateur du film et également créateur du jeu : "Final Fantasy n'est pas un univers, c'est une manière de raconter les histoires, une atmosphère." Soulignons que les 10 épisodes de la saga Final Fantasy ne possèdent d'ailleurs aucun lien entres eux. Depuis le septième épisode paru sur Playstation, Square s'intéresse de très près à l'imagerie de synthèse, à tel point qu'au milieu des années 90, la rumeur circuleit que l'éditeur était le second plus gros acheteur de stations de travail de Silicon Graphics (ordinateurs dédiés aux calculs) derrière la NASA ! Le cinéma semblait donc être une étape incontournable. Mais alors que la vacuité scénariste semble prévaloir dans une large frange du cinéma américain (La momie 2, Tomb Raider, etc), Sakaguchi signe une histoire intelligente de science-fiction teintée de mysticisme écologique.

 

 
Sortie le 15 Août 2001  

 

retour